PIERRE PILONCHERY
pilonchery.com

EARLY WORKS 1976-1982


Ces premiers ouvrages s'appellent Les Effaçages, c'est l'époque de mes débuts entre 1976 et 1978, je viens de terminer mes études aux Beaux-Arts de Paris. Les Effaçages sont des superpositions de corps dessinés à l'encre sur papier à chaque couche lavés à grande eau puis recommencés. C'est l'image des générations humaines et de leurs traces effacées additionnées. C'est aussi le début de la notion de processus dans les méthodes de constructions de tout mon travail. Dans cet esprit je réalise en 1976 la pièce sonore "3mn", une musique sur bande obtenue en enregistrant de très brefs instants de sons divers dont les débuts et les fins sont effacés pour les juxtaposer. On obtient alors un effet de nappe sonore sans début ni fin dont aucun moment n'est peut-être plus intéressant qu'un autre. Cette oeuvre, aujourd'hui perdue, reste la 1° oeuvre au départ de tout le travail qui suivra même si on ne peut plus l'écouter maintenant.

Puis ce sont Les Espaçages en 1979, l'époque où je découvre plus ou moins consciemment tout ce que je vais développer par la suite, la question de l'espace et de son infini plein d'un tout en même temps sur ce fond d'ouverture enthousiaste à l'infinité des possibles. Les Espaçages sont des moments additionnés de libres interventions graphiques en divers endroits de grands panneaux verticaux présentés seuls ou bien ensemble, un peu comme les rochers dans le vide des jardins Zen.

Entre 1979 et 1982 Les Canevassages marquent une époque charnière qui sera décisive, c'est là que s'impose à moi la nécessité de la méthode pour avancer tranquille et léger dans la réalisation de mes ouvrages : des bandes et des morceaux découpés dans différents tissus rouges et dans des restes de la série précédente sont tissés par collage sur de très grandes surfaces de plusieurs mètres en panneaux mobiles et tous interchangeables. C'est aussi le moment où j'imagine et dessine en 1979 et 1980 des projets d'oeuvres par satellites regroupant en un seul endroit les morceaux d'une oeuvre éparpillés en plusieurs autres endroits sur le globe entier. Je suis alors complètement impliqué dans la vision d'un monde mosaïqué, c'est juste un regard, juste une question de points de vue pour savoir le voir. 28 ans plus tard, en 2008, l'esprit de ce travail est repris dans l'oeuvre planétaire Walker in the Universe, a global Work grâce aux possibilitésbd'échanges par internet.

Cliquez sur les images pour agrandir


Sommaire
© pilonchery 2017